Escapade Saint-Jeantaise

Association pour la pratique de la randonnée. Concevoir, promouvoir, sauvegarder des itinéraires pédestres est notre but.
Saint-Jean du Bruel a le privilège d'être, avec Sauclières, la seule enclave Cévenole dans le département de l'Aveyron. Ses habitants ont un esprit vif et curieux ; ils sont volontiers frondeurs et non conformistes mais vous serez surpris de la qualité de l'accueil que vous réserve l'Escapade Saint-Jeantaise, fière de vous guider à travers son riche patrimoine de vieux chemins, de "Serres" et de "Valats", à l’ombre de ses châtaigniers ou à l’écoute de sa belle rivière.



Œil de Bœuf, Fabarède (9 novembre 2019)

Cela faisait des jours et des jours qu'il pleuvait, certes, les cueilleurs de champignons se réjouissaient, et enfin une trouée de ciel bleu, ce samedi 9 novembre, a motivé 9 randonneurs pour parcourir 9 km. Après l'instant des retrouvailles et des embrassades aux halles, c'est vers Seingleys que le départ est donné. La pluie a rendu les chemins boueux, les feuilles d'automne cachent les cailloux, les pierres sont glissantes, mais non, je vous rassure, ce n'était pas le parcours du combattant. Chacun monte jusqu'à l'Œil de Bœuf à sa cadence, il faut se dévêtir un peu, le vent froid du départ nous abandonne dans la montée, les battements de cœur s'emballent, il faut souffler et enfin nous y voilà. Sur le causse le vent reprend des forces et nous pousse jusqu'au sentier forestier qui longe la montagne de la Fabarède. Il n'est pas facile non plus, il faut s'agripper aux branches pour ne pas se retrouver en contrebas et la chance nous sourit ; le soleil nous dévoile un superbe panorama sur la vallée de la Dourbie, à l'est, les montagnes vers l'Aigoual ont mis leur manteau blanc, on distingue tous les petits hameaux autour de St-Jean, le rocher des Batailles, le château d'Algues, Castelnau entouré de champs où le blé en herbe nous offre sa palette de vert tendre, la montagne de la grotte aux fées, le mont St Alban, Saint Michel et la rivière qui déroule son ruban argent dans le creux de la vallée. Au carrefour du col du Vigouroux, je choisis de guider tout ce petit monde vers le bois de l'Abbé puis j'opte pour redescendre vers Seingleys de prendre un chemin mal entretenu mais inconnu pour la plupart des marcheurs, la descente est tranquille et on rejoint le village. Jean-Marc nous offre le verre de l'amitié, une bière pour les uns, un verre de vin pour les autres ou une tisane pour les plus sages. On se sépare heureux d'avoir partagé ces quelques heures de marche.

 


Voir les photos Automne 2019


Corniche du Causse Noir (29 octobre 2019)

Mardi 29 octobre sur le parking de la D41qui surplombe Montméjean. L'été indien réchauffe nos corps quelque peu malmenés par l'effort. Un bouchon saute, des verres se remplissent de champagne, des mains se saisissent d'un morceau de fouace, le sourire est sur tous les visages : après une randonnée parfaite sur le Causse Noir, nous fêtons l'anniversaire de Jocelyne ! Si je ne devais garder qu'une seule image de nos randonnées de 2019, ce serait celle-là, un moment d'amitié et de convivialité pures après une marche à travers des paysages majestueux que nous avons la chance insigne de côtoyer au quotidien ! Nous pensons évidemment à celles et ceux de nos ami(e)s qui, pour toutes sortes de raisons, ne nous ont pas accompagnés cette année : pas un instant nous ne les oublions et qu'ils sachent que nous sommes de tout cœur avec eux. La journée a commencé à Montméjean, remarquable par son château médiéval, son sentier botanique et, depuis peu, par une salle associative. De là nous grimpons sur le Causse en direction de la ferme de la Combe, structure imposante et solide, totalement intégrée dans le paysage. À travers des champs cultivés (partout le vert tendre des semis d'automne commence à apparaître) nous franchissons la plaine de Brunas pour arriver au hameau du même nom. Un sentier sinueux nous conduit au bord septentrional de la vallée de la Dourbie. On ne pourrait rêver plus bel endroit pour y déjeuner (occasion pour Jocelyne de nous régaler d'un délicieux vin blanc). Commence alors la descente vers St-Véran qui dégage des vues à la fois grandioses et, en même temps, pleines de sérénité sur les falaises et l'échancrure de la vallée de la Dourbie. Une bonne dose de concentration est nécessaire pour éviter les glissades et nous arrivons à St-Véran avec ses belles maisons de pays aux toits magnifiquement restaurés. Il nous reste encore une montée douce et régulière vers la ferme de Costeplane, bâtisse très élégamment restaurée et parfaitement entretenue qui, dans son austère solitude, réserve plus que probablement des moments uniques aux personnes qui y résident. Retour aux véhicules pour déguster la fouace de Jocelyne et le champagne de Jean-Louis. Nous avons beaucoup à nous dire et encore plus de mal à nous séparer : les uns retourneront bientôt à leurs résidences principales, les autres resteront dans la région et participeront bien sûr aux hivernales de l'Escapade ainsi qu'à d'autres activités ludiques. Pour terminer, j'aimerais citer cet octosyllabe tiré de Ramuz et de son Histoire du soldat, quelques mots très simples, presque frustes, mais qui résument si bien la volonté et la philosophie de l'Escapade Saint-Jeantaise : "...a marché, a beaucoup marché...". Oserais-je ajouter...avec un immense bonheur !    Jean-Philippe

Voir les photos Automne 2019

Les comptes-rendus de nos randonnées sont consultables sous l'onglet ARCHIVES