Escapade Saint-Jeantaise

Association pour la pratique de la randonnée. Concevoir, promouvoir, sauvegarder des itinéraires pédestres est notre but.
Saint-Jean du Bruel a le privilège d'être, avec Sauclières, la seule enclave Cévenole dans le département de l'Aveyron. Ses habitants ont un esprit vif et curieux ; ils sont volontiers frondeurs et non conformistes mais vous serez surpris de la qualité de l'accueil que vous réserve l'Escapade Saint-Jeantaise, fière de vous guider à travers son riche patrimoine de vieux chemins, de "Serres" et de "Valats", à l’ombre de ses châtaigniers ou à l’écoute de sa belle rivière.


Mercredi 21 août 2019 à 8h30
Randonnée gratuite ouverte à tous
La Rougerie, crête du barrage
Image
La randonnée du 21 août démarrera à 8h30 des Halles de St-Jean et se déroulera sur la journée avec pique-nique tiré des sacs. Elle nous conduira le long de la Dourbie après la montée de la Cabrune et la descente au virage du Périgoul. Puis nous traverserons la Rougerie et franchirons la crête du barrage. Il ne restera plus qu'à monter jusqu'au carrefour du Coulet, redescendre à la Brunellerie et retour par le four à chaux. Difficulté moyenne car 450 m de dénivelé et environ 10 km de distance et autant de bonheur ! Encadrement François Garcia.
Nos randonnées sont susceptibles d’être modifiées au dernier moment en raison de mauvaises conditions climatiques. Merci de vérifier l’horaire sur notre site ou sur notre page Facebook avant de partir.:

Calendrier des sorties août 2019
Randonnées gratuites ouvertes à tous
Date Lieu de la randonnée Durée Observations Encadrement
mercredi 21 août La Rougerie, crête du barrage journée Départ à pied des Halles à 8h30 François
samedi 24 août Saut de la Chèvre, baignade journée Départ des Halles à 8h30, covoiturage Rolande
mercredi 28 août Dourbies, les Ubertes, les Laupies journée Départ des Halles à 8h30, covoiturage François
samedi 31 août Causse Campestre, Mt Redon, Homs 1/2 journée Départ des Halles à 8h30, covoiturage Michel
Rendez-vous sous les Halles de Saint-Jean du Bruel. Repas tiré du sac pour les randonnées de la journée.
Randonnées de la demi-journée : approximativement 3 heures de marche, journée entière : env. 5 à 6 heures de marche.
Les randonnées sont susceptibles d'être modifiées au dernier moment en raison de mauvaises conditions climatiques.
Merci de vérifier l'horaire sur le site ou sur la page Facebook avant de partir.

Viala-du-Pas-de-Jaux (10 août2019)

Douceur d'une matinée printanière après des semaines de chaleur intense, parcours annoncé "facile" et qui l'est réellement... tout pour plaire aux 17 "flâneurs" ce samedi 10 août. Le Viala-du-Pas-de-Jaux, situé sur le plateau larzacien, nous accueille de la plus simple des façons : avec sa beauté géométrique, fière et austère. Nous laissons la visite de ce haut-lieu du Larzac templier et hospitalier pour cet après-midi et partons à travers la lande. Nous rencontrons d'abord prés et élevage de chevaux. Près d'un puits une espèce de nichoir est accroché en haut d'un arbre, il s'agit d'un abri pour chauves-souris (ont-elles vraiment besoin de cela ?). Une ferme-château élégamment restaurée se présente à nous. "Une femme à sa fenêtre" (s'appellerait-elle Romy ?) nous salue et nous donne quelques détails sur la rénovation du bâtiment. Derrière sa fenêtre grillagée, cette dame et son chien composent une parfaite image médiévale. Une fois n'est pas coutume nous prenons une route goudronnée qui nous mène à la ferme de la Vialette. Une charmante lavogne envahie de plantes aquatiques (on devine même un poisson rouge) donne à ce lieu un caractère bucolique indéniable. Au loin nous apercevons la ferme restaurée dans les règles de l'art et d'un goût très sûr. En regardant vers la droite nous distinguons le haut du cirque de St-Paul-des-Fonts que nous laissons de côté pour une visite ultérieure. Un large chemin bien tracé serpente sur le Causse : végétation rase, absence de repères, solitude...nous sommes bien sur le Larzac et nous un groupe de pèlerins en quête de silence et d'absolu. Après la pause-déjeuner (les ascètes mangent aussi), le Viala n'est plus qu'à une demi-lieue. La chaleur revient, un gecko se pavane sur une basse branche et fait le beau, sans bouger : bonheur des photographes ! Nous voilà de retour au Viala-du-Pas-de-Jaux pour la visite programmée. Il s'agit d'un corps de logis et d'une tour-grenier fortifiée de 27m, refuge pour les habitants et les provisions en périodes d'insécurité. Une surprise nous attend : nous sommes invités à revêtir un habit d'époque. Les dames se retrouvent devant un choix difficile mais, telles des chrysalides, se transforment bien vite en charmantes jouvencelles, tandis que les messieurs, tout en cape, redeviennent seigneurs et maîtres (oui, bon ! ...). Le bâtiment, très dégradé, a été repris par une association qui, après un travail long et difficile, a réussi une restauration exemplaire. Six niveaux, une belle architecture, un mobilier d'époque et des expositions thématiques à chaque étage. Le chemin de ronde nous permet de repérer les importuns. Les flèches et la poix brûlante attendent. En bas les maisons aux toits rouges se tassent les unes contre les autres, parmi elles deux ou trois remarquables de l'époque du bâtit hospitalier. Vue singulière à 360° sur la campagne environnante. Une visite à recommander à ceux qui ne connaissent pas. Le tout s'achève autour d'un verre d'hypocras et de toasts au roquefort. L'estomac n'est jamais bien loin du centre de la conscience.

 


Gaillac, le Bousquet, la Virenque (7 août 2019)

A l'occasion de cette randonnée d'une demi-journée, Éole a retenu son souffle chaud pour un instant et a permis à quelques nuages de s'agréger au-dessus des têtes des 35 participants qui s'étaient rassemblés sur le parking du Domaine de Gaillac. En nous dirigeant vers la ruine du Bousquet, nous avons aperçu au loin les orages qui s'abattaient sur le Larzac et le massif du St-Guiral. Quelques gouttes sont tombées, juste assez pour nous faire sortir nos vêtements de pluie, pour les ranger dans nos sacs quelques minutes plus tard. C'est ainsi que sous une température tout à fait clémente nous avons atteint le pont du Bousquet, pour découvrir une des trois pertes de la Virenque. La Virenque, qui prend sa source près de La Combe, sur la commune de Sauclières, est un affluent de la Vis, une des dernières rivières "sauvages" de France, qui naît à 1300 m d'altitude dans le massif du St-Guiral et qui est considérée comme l'un des "ultimes joyaux" naturels par les écologistes.  En été, en période d'étiage, les deux rivières disparaissent sous terre pour resurgir ensemble au Moulin de La Foux, sur la commune de Vissec.

Le cadre féerique de la lumière tamisée sur la végétation luxuriante et sur les formes insolites des sculptures rocheuses façonnées par l'eau pendant des millénaires était une vraie surprise pour la plupart d'entre nous. D'aucuns ont même comparé le spectacle à des sites exotiques visités au Viêt-Nam.

Après avoir longé le lit de la rivière en direction sud sur la rive droite, nous avons atteint la fin du sentier. Il fallait donc continuer dans le lit même de la rivière, ce qui par endroits était un peu difficile sur les roches glissantes, mais sans poser de vrais problèmes. Devant nous se déroulait un décor qui changeait à chaque pas. Un kilomètre plus loin, en face de l'endroit où la GR 71 rejoint le lit de la Virenque, nous avons emprunté un sentier qui remonte sur le Causse du Larzac. Sous un soleil revigoré, nous avons pu admirer la superbe vue sur le Causse de Campestre, le Causse de Blandas et le St-Guiral, ainsi que les nombreux papillons et les beaux chardons bleus du Causse qui ne nous ont plus quittés jusqu'au point de départ.              Mark van de Beek

Les comptes-rendus de nos randonnées sont consultables sous l'onglet ARCHIVES